samedi 16 juin 2018

Ça peut toujours servir

Auteur : Guillemette Faure
Éditeur : Stock
ISBN : 978-2234084339
Parution FR : 11/04/2018
Page : 288
Amazon : 

On a tous des vieux tee-shirts au fond de nos placards, au cas où il faudrait refaire les peintures. On a aussi des tas d’échantillons de produits de
beauté, des boîtes de boutons dépareillés qu’on ne recoudra jamais et évidemment un tiroir d’anciens chargeurs pour des appareils qui ne
fonctionnent plus… Parfois surgit l’obligation de vider sa maison et l’on réalise que ce que l’on gardait parce que « ça peut toujours servir »
n’avait de valeur qu’à nos yeux.
Pourquoi peinons-nous à nous séparer de ce qui raconte notre vie ?

Mon avis :

Livre d'aide aux rangements ? Ce n'est pas le cas ici avec ça peut toujours servir de Guillemette Faure. Il s'agit plutôt d'un essai sur le comportement humain, les élastiques que l'on garde pour une prochaine fois tout comme les boîtes de fromage, les boutons et autres ça peut toujours servir... 

Au premier abord j'étais fortement tenté par le résumé, m'attendant à des conseils pour permettre d'éviter l'accumulation et la surconsommation. Et ce n'est clairement pas ce que j'ai retrouvé au fil de ma lecture. Il s'agit là d'une satire sur nos modes et choix de vies. Sous une couche d'humour, l'auteur décide de nous montrer la bêtise humaine que de garder une boîte à boutons, un tiroir à tout et rien ainsi qu' Oh ! malheur une bibliothèque. Personne n'est épargné et bien que d'accord sur certains aspects, je me suis vite retrouvé éloigné des propos écrits dans cet essai. J'y es trouvé certaines tournures de phrases assez déplacées. Le fait de montrer du doigt certaines personnes influentes ou non et décrire leurs modes de vie pour en brosser un tableau loin d'être flatteur. Béa  Johnson pour ne citer qu'elle. Ne ma pas réellement convaincu de continuer la lecture.

Certes l'aspect surconsommation et accumulation de gadget chinois et autres vêtements importables est mis en lumière de façon humoristique et maîtrisée, avec des exemples concrets pouvant toucher toutes personnes, mais certains points de vue restent propres à l'auteur. Il est évident que garder et acheter en triples ou bien plus, des exemplaires de vêtements, chaussures et autres produits est un mal pour la planète. Qu'il faut consommer de façon intelligente  et cette aspect-là est traité de façon juste. Garder dix pinceaux de peintures inutilisables, un pot de fleur ébrécher au fond du cabanon où une machine à pain qui sert une fois tous les deux ans est de la place perdue et l'auteur arrive à nous expliquer les bienfaits de donner et jeter. Pouvoir finalement acheter une maison plus petite, gagner en argent et en temps.

En ce qui concerne le but recherché, je ne pense pas que ce titre permette de révolutionner le genre. D'autres tires s'avèrent plus intéressant dans le domaine du développement personnel et sur la surconsommation.  C'est une lecture qui pour m'a part va être vite oubliée. Je tiens tout de même à remercier la maison d'édition Stock et la plate-forme Netgalley pour la lecture de cet ouvrage.