vendredi 6 octobre 2017

ô vous, sœurs humaines

Auteur : Mélanie Chappuis
Éditeur : Slatkine et cie
Parution FR : 24/08/2017
ISBN : 2889440397
Pages : 128


Le récit des féminités Des femmes, rien que des femmes, dépeintes dans toute l’étendue de leur beauté, de leur singularité, de leur désir, de leur jalousie, de leur colère… voilà cette féminité presque universelle que nous raconte Mélanie Chappuis. Qu’elle nous décrit jusque dans les moindres détails, mettant sa plume acérée, parfois légère, parfois militante, parfois cynique au service de celles qu’elle appelle volontiers ses sœurs. Ce petit bonbon littéraire à la fois doux et piquant se dévore avec plaisir… et on en redemande !

Mon avis :

Recueil reçut de la part de la maison d'édition Slatkine et Cie par le biais d'un concours sur Instagram, n'étant pas une grande adepte de ce genre et ayant lu uniquement que de bonnes critiques, j'avais donc hâte de découvrir la plume de Mélanie Chappuis. Et c'est déçu que je suis ressorti de cette lecture.

Ce petit recueil propose, au travers de nouvelles, de plonger dans l’intimité des femmes, il regroupe quarante portraits, à la fois détestables, admirables ou tout simplement touchants, elle ne laisse pas le lecteur indifférent. C'est avec une plume acérée et percutante qu'elle nous montre toutes les palettes d'émotions que possèdent les femmes d'aujourd’hui.

Malheureusement, l'autrice commence son récit avec des nouvelles, d'une mesquinerie, d'une bassesse à pleurer, toute choquante, que ce soit la vendeuse de magazines jalouse, le mari qui ose dire à sa femme ", tu verras un jour, tu seras jalouse de ta fille" quel homme venant de voir sa femme mettre au monde leur enfant oserait dire cela ? J'ai trouvé dans l’ensemble les nouvelles tristes, mesquines, cruelles et d'un niveau très bas.

Celles prônant la bonté féminine ne m'auront pas touché autant que le côté négatif. Et c'est donc avec une sensation négative que j'ai débuté la partie touchante, celle qui normalement devrait donner le sourire. Je pense avoir été profondément touché par le côté négatif, moi qui suis très émotive et pacifiste, je n'ai pas compris cette haine et ce mépris cruel, alors quand la beauté des mots et des émotions est intervenue dans le roman, je n'étais pas émotionnellement prête à le recevoir. Je suis donc passé totalement à côté. Et n'est gardé en mémoire que le négatif de ce voyage à travers les émotions.

J'ai tout de même apprécié le choix de la couverture avec cette sublime toile de Gauguin.